2014 Périscolaire

 

Dans l'enclos  

Accueillis à la sortie des classes par Nicole, notre institutrice bénévole, les enfants rejoignent d'abord une salle du centre de loisirs pour poser leurs cartables et partager un petit goûter, tout en parlant de ce qu'il s'est passé la dernière fois, de ce qu'ils ont vécu au cours de la semaine, etc.

Les enfants sont invités à s'exprimer sur ce qu'ils ont appris avec les animaux et à faire des liens avec la vie courante et la vie scolaire. Les temps de parole sont distribués selon quelques règles de communication préparées ensemble, avec un enfant président de séance qui change chaque semaine.

Les enfants travaillent une semaine sur deux avec un ou deux poneys ou chevaux. Et l’autre semaine, ils participent à l’éducation de Hadore, la chienne Labrador, et occasionnellement d'un chien supplémentaire.

    Dans les vieilles rues

Une séance avec les poneys commence par un temps de pansage, sur un espace vert à côté du centre de loisirs, moment de prise de contact avec l'animal.

Les enfants, deux par deux, nettoient les poneys à l'aide de différentes brosses, les câlinent, essaient d'évaluer leur humeur (tout en s'exprimant sur la leur), et échangent sur leurs ressentis.  

1er contact  

Moment convivial qui instaure l'ambiance de la séance, permet aux enfants de s'exprimer librement (souvent par effet miroir, en parlant du poney) et amène progressivement une certaine concentration, en favorisant l'apaisement intérieur.  

Le pansage se déroule sous le regard attentif de l'enseignante et des animatrice ou monitrice bénévoles, tour à tour en retrait pour laisser les enfants en autonomie avec leur poney, ou à leurs côtés pour leur montrer certains gestes, encourager leur curiosité et répondre à leurs observations.      

Les enseignantes veillent également à ce que les enfants respectent les règles de sécurité, expliquées dès la première séance : où se tenir par rapport au poney, comment éviter les situations à risque, etc. La masse du poney intimide toujours plus ou moins l'enfant et motive son respect des consignes.    

Sécurité

La séance se poursuit avec différents exercices à côté du poney, puis sur son dos.    

Le premier de ces exercices consiste souvent en une ouverture des 5 sens. Les enfants, debout tous ensemble et les yeux successivement clos et ouverts, sont guidés à essayer de ressentir leur environnement, comme s’ils étaient eux-mêmes des poneys, c'est-à-dire des animaux en vigilance permanente.  

Cet exercice permet de relaxer les enfants et d'augmenter leur niveau de concentration et de conscience d'eux-mêmes. Ils sont ainsi préparés à entrer en interaction avec les animaux de façon adaptée, pas trop agitée. Le jeu des 5 sens pourra ensuite être repris à poney, à l'arrêt, et plus tard au pas.    

Au sol avec les poneys, les enfants passent de leur habituel statut d'élève à celui de guide, en amenant leur poney à faire telle ou telle chose, par exemple en le guidant par la longe à travers un petit parcours qu'il leur faut traverser en équipe.

    On s'applique  A poney (41) 

Pour essayer de comprendre le point de vue du poney, ces petits parcours sont aussi réalisés sans lui, chaque enfant prenant à tour de rôle la place de celui devant être guidé par un camarade.  

Sur le dos des poneys (montés à cru, c'est-à-dire sans selle, pour mieux sentir leurs mouvements, leur chaleur et leur douceur), les enfants commencent à l'arrêt, puis au pas. Ils prennent le temps de ressentir le corps du poney sous eux et de se décontracter, en relâchant l'une après l'autre chaque partie de leur corps. Le mouvement de balancier de la marche du poney berce, apaise et, petit à petit, encourage le lâcher prise, dans le corps et dans la tête.    

Pauvre poney muselé !  

Marche les yeux fermés, corps qui accompagne les montées et les descentes, tentatives pour toucher les différentes parties du poney sans perdre l'équilibre, marche à l'envers, en amazone, « tour du monde », position allongée sur le dos du poney, les petits jeux se succèdent. Chaque enfant progresse à son rythme et choisit lui-même le moment où il franchit une nouvelle étape, le but étant entre autres de développer sa confiance en soi.

Après être montés sur leur dos, les enfants n'oublient pas de remercier les poneys, à la fin de la séance, puis ils participent au rangement du matériel.

    Pause câlin 

Lorsque c'est la chienne qui intervient auprès des enfants, on peut leur donner davantage d'autonomie, et il est plus facile de travailler sur la communication avec l'animal.

On apprend à communiquer avec le chien, puis à l'éduquer, de la manière la plus efficace, et on teste pour cela différentes méthodes : le renforcement négatif (on rend inconfortable le mauvais comportement de l'animal, pour obtenir le bon), ou le renforcement positif (on ignore la mauvaise réponse de l'animal, mais on récompense aussitôt la bonne).

On travaille alors beaucoup avec le clicker, petit outil de dressage sur lequel on appuie pour produire un « clic », que le chien associe rapidement au fait qu'il a « donné la bonne réponse », si on lui offre une friandise juste après.    

Le clicker

Les enfants deviennent donc, le temps de la séance, les petits éducateurs de la chienne, essayant de lui enseigner des exercices au moyen du clicker : venir sur demande, s'asseoir, se coucher, rapporter le ballon, toucher une cible, etc. Ils travaillent par équipes de deux, un enfant étant chargé du clicker, l'autre des friandises, les deux devant se synchroniser parfaitement pour obtenir un résultat avec l'animal, ce qui demande de la concentration et développe les capacités d’observation.

    Récompense

Ils sont confrontés, via la chienne, aux différentes problématiques d'un apprentissage quelconque. Par exemple, la jeune Hadore, de même que les enfants à l’école, a besoin de se défouler un peu avant de pouvoir travailler. Comme eux, elle se décourage en cas d’échec, lorsqu’elle ne comprend pas l’exercice, ou qu’il lui demande trop d’effort et qu’elle n’est pas récompensée…

 

Lorsque le temps ne permet pas de rester longtemps dehors, ou lorsque nous travaillons spécifiquement en soutien scolaire, une partie de la séance se fait à l'intérieur. C'est le bon moment pour distribuer aux enfants des documents concernant les thèmes abordés à propos des animaux (sécurité, communication, éducation...)

Ensuite, on fait de beaux portraits dessinés de la chienne et des poneys, puis on les met en scène dans de grandes histoires inventées collectivement et individuellement.

En-salle--3--copie-1.JPG

La réalisation d'une affiche pour le centre de loisirs a également fait partie des travaux des enfants, exercice auquel ils se sont prêtés avec enthousiasme.

Nous favorisons l'expression et l'imagination des enfants, tout en les aidant à acquérir de la confiance en soi.  

A l'ordinateur

On utilise aussi le clicker en salle, pour des jeux entre enfants. C’est une manière très amusante de jouer aux devinettes : les enfants s'interrogent entre eux et utilisent le clicker pour récompenser les bonnes réponses, comme ils le faisaient avec la chienne. On peut même apprendre de cette manière... les tables de multiplication !

Et cela, c'est déjà de l'aide aux devoirs !

On-se-clique.jpg

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :